L’isolation thermique consiste en une série de couches isolantes appliquées à l’extérieur ou à l’intérieur des bâtiments pour assurer une isolation thermique et acoustique complète.

S’il est appliqué correctement, il permet de réaliser des économies d’énergie considérables car il maintient les températures intérieures élevées en hiver et empêche la chaleur des rayons du soleil de pénétrer dans les pièces pendant les mois d’été. Enfin, équiper une maison d’une isolation thermique, c’est aussi augmenter sa valeur sur le marché immobilier.

Il en existe deux types. Faisons connaissance avec eux plus en détail.

Isolation thermique extérieure

Extrêmement populaire, l’isolation thermique extérieure est souvent utilisée pour les petits bâtiments, les maisons individuelles et les façades des immeubles d’habitation. Toutefois en France, on préfère toujours l’isolation par l’intérieur. Elle :

  • assure une meilleure isolation thermique.
  • prévient les dommages aux murs extérieurs, tels que la formation de moisissures dans la maison et les fissures.
  • réduit les ponts thermiques, c’est-à-dire les points froids causés par les discontinuités de la construction.
  • peut s’avérer assez coûteuse, surtout si le bâtiment est haut, car elle prend plus de temps et nécessite plus de matériaux pour recouvrir les surfaces extérieures.

Isolation thermique intérieure

L’isolation thermique interne consiste à placer des panneaux isolants – plus fins que les panneaux extérieurs – sur les murs intérieurs de la maison.

Cette pratique est largement utilisée à l’intérieur des bâtiments urbains où il est difficile d’installer des murs extérieurs ou une isolation de la toiture. Par rapport à l’isolation extérieure, l’isolation intérieure présente des avantages tels qu’un coût moindre et un temps d’installation plus court.

Cependant, comme les panneaux sont placés à l’intérieur de la maison, l’espace sera réduit en volume et dans certains endroits, l’application peut être un peu difficile.

Isolation thermique : matériaux

Il existe un large éventail de matériaux pour l’isolation thermique. Le choix dépend de plusieurs facteurs tels que :

  • structurelle ;
  • géographique ;
  • économique ;
  • climat.

Pour être sûr de faire le bon choix, il est conseillé de s’adresser à des experts du secteur qui sont en mesure d’évaluer précisément les paramètres susmentionnés pour déterminer à la fois le type d’intervention à appliquer et le meilleur matériau isolant.

Les caractéristiques d’un bon matériau isolant

Voyons quelles caractéristiques doit avoir un bon matériau isolant.

  • Épaisseur : plus l’épaisseur du matériau est importante, plus son pouvoir isolant est élevé.
  • Retard thermique : il s’agit du temps que mettent la chaleur et le froid à traverser le matériau isolant et à atteindre l’intérieur. Évidemment, plus le décalage thermique est important, meilleure est l’isolation du bâtiment.
  • Conductivité thermique : plus le décalage thermique est faible, plus le pouvoir isolant du matériau est élevé.
  • Respirabilité : plus le matériau isolant est respirant, plus il est efficace contre la formation de moisissures et de condensation.

À ce stade, examinons les différents matériaux parmi lesquels vous pouvez choisir.

Matériaux synthétiques

Les matériaux d’isolation synthétiques sont très populaires et sont également parmi les moins chers. Outre leur faible coût, ils garantissent une excellente isolation thermique, une résistance à l’eau et à l’humidité et une facilité d’installation. Ils ont une durée de vie de 30 à 50 ans. Avec un traitement de protection approprié, ils peuvent durer encore plus longtemps car ils se détérioreraient plus lentement.

Ils doivent recevoir un traitement ignifuge approprié, sinon ils pourraient être dangereux en cas d’incendie. En outre, en cas d’utilisation de mousse isolante, les pièces doivent être bien ventilées après l’application afin de volatiliser les substances potentiellement dangereuses.

Ils sont disponibles à la fois en panneaux préfabriqués et en versions moussées. Les versions moussées sont idéales pour les projets d’isolation où le matériau isolant est inséré dans les cavités du bâtiment.

Les principaux matériaux d’isolation synthétiques sont

  • Polystyrène expansé (EPS)
  • Polystyrène extrudé (XPS)
  • Polyéthylène expansé (PE)

Matériaux minéraux

Les matériaux d’isolation d’origine minérale sont souvent utilisés dans la construction car ils garantissent des performances élevées, même en cas d’humidité dans la maison. En plus d’offrir une excellente isolation thermique, ils sont également durables, respirants, résistants aux moisissures, biodégradables et ignifuges. Ils sont disponibles dans le commerce sous forme de feuilles ou de panneaux. Ils coûtent un peu plus cher que les isolants synthétiques et nécessitent plus d’attention lors de l’installation car ils sont fabriqués à partir de matériaux qui peuvent être nocifs en cas de contact avec la peau ou les voies respiratoires. Voyons ce qu’ils sont.

  • Laine de verre : fabriquée à partir de verre recyclé, elle est ignifuge, résistante à l’eau et à l’humidité. Extrêmement durable, il présente d’excellentes performances d’isolation thermique et acoustique. Il est disponible dans le commerce sous forme de nattes, appelées feutres.
  • Perlite expansée : possède de bonnes propriétés d’isolation thermique et acoustique, est respirante et capable de réguler l’humidité, ce qui la rend résistante aux moisissures. On le trouve en panneaux ou en vrac pour isoler les cavités des murs périphériques, des toits et des greniers.
  • Laine de roche : un produit d’origine volcanique à structure cellulaire ouverte. Il résiste aux moisissures car il n’absorbe pas l’eau ou l’humidité. Disponible dans le commerce en panneaux ou en tapis.

Matériaux naturels

Il s’agit évidemment d’un choix écologiquement durable. Les matériaux isolants naturels sont issus de processus de production qui ne sont pas nocifs pour l’homme ni pour l’environnement. De plus, ils sont totalement recyclables et biodégradables.

En raison de ces caractéristiques, ils sont plus chers que les matériaux d’isolation synthétiques. Cependant, ils présentent d’énormes avantages. Ils le sont :

  • excellente isolation thermique et acoustique
  • respirant
  • résistant à l’humidité
  • durable
  • recyclable
  • biodégradable
  • non-toxique

Les principaux isolants naturels sont

Liège : Respirant, ignifuge, perméable à la vapeur et imperméable aux acides, aux insectes et aux rongeurs, il est parfait pour les revêtements extérieurs. Les panneaux de liège sont légers, résilients et résistants.
Fibre de bois : disponible sous forme de feuilles et de panneaux, elle est fabriquée à partir de déchets de bois. Il présente un bon retard thermique et d’excellentes propriétés d’isolation thermique et acoustique. Il garantit des temps d’installation rapides.
Maison en bois avec isolation thermique
Maison en bois et isolation thermique : économies d’énergie garanties !

Isolation thermique : avantages et inconvénients

L’isolation thermique est une technique de construction très sûre, utilisée en Italie depuis plus de cinquante ans. Entre autres choses, au fil du temps, des technologies de plus en plus modernes ont été introduites pour la finition et la liberté de conception est donc très large.

Avantages

Fondamentalement, l’isolation thermique apporte des avantages indiscutables en termes d’économies d’énergie (et donc d’économie) en toutes saisons. En hiver, la chaleur produite par les systèmes de chauffage n’est pas absorbée par les murs mais reste piégée dans les murs de la maison. En été, la chaleur des rayons du soleil ne peut pas pénétrer à travers les murs car le matériau isolant protège le bâtiment de la transmission thermique.

Le temps nécessaire à la mise en marche des systèmes de chauffage et de climatisation est donc réduit, ce qui vous permet de réaliser des économies sur le chauffage domestique et de réduire vos factures d’électricité et de gaz.

En résumé, nous pouvons donc dire que les avantages que nous pouvons obtenir en installant un manteau thermique sont les suivants

  • les économies réalisées sur les factures
  • augmentation de la valeur de la propriété

Inconvénients

L’un des principaux inconvénients de l’isolation thermique est son coût élevé. Toutefois, les coûts d’installation varient en fonction de la taille des murs à traiter, des éventuelles difficultés structurelles et des matériaux choisis. En outre, il ne faut pas oublier que la dépense peut être amortie grâce aux déductions fiscales et aux économies d’énergie réalisées les années suivantes.

Dans les centres-villes, il n’est pas toujours possible d’installer un revêtement extérieur en raison des contraintes municipales ou de l’absence de consentement de tous les propriétaires. Dans ces cas, l’alternative est d’installer un revêtement intérieur, mais cela implique de réduire le volume des pièces.

Quand est-il conseillé d’installer une isolation thermique ?

nalysons maintenant la situation typique dans laquelle il est nécessaire d’installer une isolation thermique. Si la température intérieure en hiver est supérieure à 22°C et qu’il y a un manque de confort aux étages supérieurs, vous devriez sérieusement envisager d’installer une isolation thermique et, si cela n’est pas possible, une isolation thermique interne.

Il est à noter que la température optimale se situe autour de 20°C. Des températures intérieures plus élevées augmentent la consommation d’énergie d’environ 7 % par an et par degré de différence. En outre, une température interne élevée et irrégulière ne contribue pas au confort de vie.

Un autre cas typique. Si le bâtiment en question a été construit avant 1976 et qu’au cours des années suivantes, aucun travail d’entretien extraordinaire n’a été effectué pour isoler les murs extérieurs et/ou le toit, nous avons très probablement affaire à un bâtiment de mauvaise qualité énergétique. Avant 1976, en effet, il n’existait aucune loi obligeant les bâtiments à subir des inspections thermiques. Dans ce cas également, il peut être utile d’installer une couche thermique.

Si une couche d’isolation thermique extérieure est installée, les murs intérieurs restent plus chauds et, par conséquent, le risque de condensation de surface provoquant des moisissures est réduit. En revanche, s’il n’est pas correctement positionné, et si son épaisseur n’est pas suffisante, le manteau peut exacerber le risque de moisissure.

FAQ sur l’isolation

Quand ne pas appliquer l’isolation thermique

Si les murs sont humides (humidité ascensionnelle, par exemple), il est préférable de ne pas installer d’isolation thermique, et encore moins de matériaux non respirants.

Quelle doit être l’épaisseur de l’isolation thermique ?

En général, l’épaisseur de l’isolation thermique est comprise entre 6 et 12 centimètres. Il faut savoir que le degré d’isolation dépend à la fois de l’épaisseur de la couche thermique elle-même et du type de matériau utilisé.

Quelle est la durée de vie de l’isolation thermique ?

Une couche thermique peut durer 5 ans ou 50 ans. Tout dépend de la façon dont il est conçu et de son installation correcte. Un manteau thermique interne implique généralement une réduction du volume des espaces internes.

Il est essentiel de disposer d’une certification des matériaux, ainsi que d’une garantie d’au moins 10 ans. La garantie doit couvrir les défauts du matériel et les défauts de l’installation.

Prix de l’isolation thermique par l’extérieur

Le prix d’un manteau thermique externe est extrêmement variable. Les facteurs à prendre en considération dépendent de nombreuses variables telles que :

  • les matériaux utilisés
  • l’état du bâtiment
  • les difficultés éventuelles sur le chantier pendant les travaux d’installation

Vous trouverez ci-dessous une liste de prix approximatifs pour l’isolation thermique extérieure en fonction des différents types de panneaux isolants.

  • Polyester expansé : 60 – 70 euros par m².
  • Liège : 40 – 50 euros par m².
  • Laine de verre : 60 – 70 euros par mètre carré
  • Laine de roche : 75 – 80 euros par m².
  • Fibre de bois : 40- 50 euros par m².

Il convient de garder à l’esprit que ces prix sont évidemment indicatifs. Il faut également ajouter le coût de la main-d’œuvre, qui varie selon l’entreprise et la région, et la nécessité éventuelle de monter un échafaudage.

Prix de l’isolation intérieure

En ce qui concerne le coût d’un revêtement d’isolation thermique interne, il en va de même que pour le revêtement externe.

Dans ce cas également, le coût variable des matériaux doit être ajouté à la main d’œuvre (en moyenne environ 20,00 – 40,00 euros par mètre carré). On constate également des différences significatives en fonction du type de pose.

Voici les coûts approximatifs des différents matériaux :

  • synthétique : 8 – 25 euros par m².
  • minéral : 10 – 30 euros par m².
  • naturels : 20 – 50 euros par m2
  • liège : 30 – 50 euros par mètre carré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.